«

»

Déc 15 2015

Place de la République le 29 novembre 2015

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées pacifiquement dimanche 29 novembre 2015 sur la place de la République pour marcher pour le climat, sous l’état d’urgence.

Loin de la vingtaine de « casseurs » qui ont fait la une du 20 heures, ces personnes ne faisaient que marcher et chanter des slogans joyeusement contestataires sur le climat. Sans avoir entendu les sommations, elles ont été encerclées avec interdiction de quitter les lieux pendant plusieurs heures puis ont été placées 24 heures en garde-à-vue.

Parmi elles, plusieurs Yvelinois dont la co-secrétaire et co-chef de file du Parti de Gauche pour les élections régionales.

Sociologiquement, les « gardés-à-vue » étaient pour beaucoup des jeunes, étudiants, profs, chômeurs diplômés… finalement assez proches de ceux que l’on a appelé après les attentats du 13 novembre, « la génération Bataclan ».

317 personnes ont donc été mises en garde-à-vue place de la République, mobilisant plus d’un millier de policiers qui avaient « autre chose à faire que de s’occuper de ça » (selon les propos de plusieurs d’entre-eux) et une dizaine de commissariats, pour « attroupement public interdit sans arme ». 308 ont été libérées après 24 heures dans de leurs cellules souvent d’une saleté innommable et sans nourriture entre dimanche 15h45 et lundi matin.

Le Parti de Gauche – Yvelines, bien que n’ayant pas appelé à la manifestation, condamne avec fermeté l’état d’urgence qui permet au gouvernement, sous couvert de combattre le « terrorisme », de restreindre nos libertés, mais aussi de remettre en question les moyens d’action, d’expression et d’organisation sur le terrain social et politique, que ce soit des syndicats, des partis ou des associations.

Le Parti de Gauche – Yvelines demande l’annulation des gardes-à-vue de la place de la République qui, en plus d’être absurdes, ont fait preuve de nombreux vices judiciaires, l’effacement des fichages des personnes concernées, ainsi que la levée de l’état d’urgence qui fait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles, sociales et politiques. Par ailleurs, le Parti de Gauche – Yvelines appelle aussi à l’amélioration des conditions de rétention pour n’importe quel détenu.

 

(télécharger le communiqué)