Archives de la Catégorie : communiqué

Fév 25 2016

Election législative partielle (2ème circonscription)

Communiqué du Parti de Gauche dans les Yvelines.

25 février 2016

Suite à l’élection à la tête de la Région de Valérie Pécresse, une élection législative partielle est organisée dans la deuxième circonscription de notre département.

Le Parti de Gauche a travaillé à proposer aux électeurs et électrices de notre département une candidature unique et rassembleuse pour :

  • dénoncer le traité ultra-libéral en cours de négociation secrète entre les Etats-Unis et l’Union Européenne (appelé TAFTA ou GMT)

  • condamner l’état d’urgence et la déchéance de nationalité

  • protester contre les fermetures de services publics et l’ensemble des politiques austéritaires

  • combattre les mesures contraires au bien-être et à la sécurité des travailleurs et travailleuses, principalement la destruction du code du travail, anéantissant des décennies de luttes syndicales

  • appeler à protéger efficacement et concrètement l’écosystème en particulier contre les grands projets inutiles et imposés

  • en finir avec la politique du gouvernement qui ose encore se prétendre socialiste et qui se couche devant les demandes du MEDEF

Malgré l’urgence de rassembler tous les citoyens qui s’opposent de façon claire et radicale aux politiques du gouvernement, une partie des appareils a préféré conserver des stratégies partisanes dépassées.

Dans ces conditions nous ne pensons pas utile de participer à l’une ou l’autre des candidatures dispersées qui ne mettront pas fin au désespoir du peuple et à la montée de l’abstention.

Pour autant, nous ne resterons pas à l’écart de cette élection et le Parti de Gauche appelle les électeurs et les électrices de la deuxième circonscription à continuer de soutenir le programme de « l’Humain d’abord ».

Nous engageons les citoyens et citoyennes à s’investir dès à présent, dans toutes les luttes pour l’émancipation du peuple, contre la domination de la caste technocratique et financière, contre un système politique aux dogmes économiques libéraux, pour une révolution citoyenne vers une sixième république écosocialiste.

 

Télécharger le communiqué de presse

Déc 17 2015

Collectif Prévention Spécialisée des Yvelines

Collectif Prévention Spécialisée des Yvelines

Communiqué de Presse, 4 décembre 2015

Le 27 novembre 2015 le Président du Conseil Départemental, Pierre Bédier a annoncé le report du débat et du vote sur le financement de la Prévention Spécialisée dans les Yvelines. Ce sera pro-bablement le 18 décembre.

Madame Arenou, 2ème vice-Présidente et Maire de Chanteloup-les-Vignes a été chargée d’une mission d’étude pour réexaminer le projet initial.

Il envisageait de supprimer l’action éducative des éducateurs de rue sur 12 villes du département : Ablis, Achères, Aubergenville, Carrières-sous-Poissy, la Celle-Saint-Cloud, Conflans-Sainte-Honorine, Magny-les-Hameaux, Rambouillet, Saint-Cyr-l’Ecole, Saint-Germain-en-Laye, Verneuil-sur-Seine, Versailles.

Achères, ne figure plus sur cette liste. Elle est remise en territoire prioritaire. Elle sera l’objet d’un appel à projet. Nous en sommes satisfaits.

Si la décision se confirmait pour les autres villes, plus de 3500 adolescents et adolescentes ne se-raient plus accompagnés individuellement, sans compter le cortège de conséquences désastreuses de cet abandon sur les parents, les fratries, les groupes de pairs, sur la cohésion sociale, sur le tra-vail partenarial, sur le renforcement prévisible des logiques sécuritaires.

Le report, annoncé le 27 novembre, témoigne de la montée des oppositions contre cette décision néfaste d’abandon.

Madame Christine Boutin a rendu la sienne publique.

Des Maires/Conseillers Départementaux discutent âprement pour le maintien des éducateurs de rue sur leur commune.

Les professionnels se mobilisent avec la société civile sur chaque territoire et à l’échelle départe-mentale. Des organisations syndicales soutiennent les mobilisations contre cette décision.

Les partis de Gauche, non représentés au Conseil Départemental, expriment leur complet désac-cord avec ce projet.

Bref, la brutalité de cette décision et son caractère incohérent sont de plus en plus dénoncées.

A l’heure où l’horreur s’est abattue sur Paris, sur Saint-Denis, sur la France, dix mois après les tragiques attentats de janvier, à l’heure ou l’insécurité sociale s’accroît, nous devons, plus que ja-mais, réaffirmer notre « devoir de Fraternité » envers la jeunesse. Ce devoir de Fraternité porte un nom : Éducation.

D’ici le 18 décembre :

Nous amplifierons la mobilisation localement et sur le département par de multiples initia-tives.

Nous alerterons, dans le cadre des appels à projet qui vont paraître sur les risques, d’une réor-ganisation des interventions de la Prévention Spécialisée, qui priveraient les jeunes et leurs familles de la présence quotidienne des éducateurs sur leurs lieux de vie.

Nous interviendrons auprès des élus, auprès de Madame Arenou, auprès du Président Bédier pour faire entendre qu’il y a un état d’urgence sur notre département, celui de l’Éduca-tion dans les quartiers populaires.

Dès à présent nous appelons les jeunes, leurs familles, les professionnels de la Prévention Spéciali-sée et leurs partenaires, les acteurs de la société civile, les organisations syndicales et politiques, les élus à venir nombreux, le 18 décembre, au Conseil Départemental pour dire d’une même voix, dans le cadre des lois de notre République, que l’Éducation et la Prévention Spécialisée ne sont pas des choix. Encore moins des choix budgétaires alors que le budget départemental de la Prévention Spécialisée représente moins de 1% du budget global du Conseil Départemental.

L’Éducation est une obligation absolue

La Prévention Spécialisée est une impérieuse exigence

Nous n’y renoncerons jamais.

Signataires: Attac 78 , ATD Quart Monde Yvelines, CEMEA IdF (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Actives), CES (Confluence Energies Solidarités), CGT Yvelines, CNLAPS (Comité National des acteurs de la Prévention Spécialisée), Eclaireurs et Eclaireuses de France IdF, EELV Yvelines, FCPE Yvelines, LDH fédération des Yvelines, MJC fédération des Yvelines, NPA78, ONES (Organisation Nationale des Educateurs Spécialisés), PCF 78, PS fédération des Yvelines, PG des Yvelines, SUD santé-sociaux 78

(télécharger le communiqué)

Signer la pétition ICI

Déc 15 2015

Place de la République le 29 novembre 2015

Plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées pacifiquement dimanche 29 novembre 2015 sur la place de la République pour marcher pour le climat, sous l’état d’urgence.

Loin de la vingtaine de « casseurs » qui ont fait la une du 20 heures, ces personnes ne faisaient que marcher et chanter des slogans joyeusement contestataires sur le climat. Sans avoir entendu les sommations, elles ont été encerclées avec interdiction de quitter les lieux pendant plusieurs heures puis ont été placées 24 heures en garde-à-vue.

Parmi elles, plusieurs Yvelinois dont la co-secrétaire et co-chef de file du Parti de Gauche pour les élections régionales.

Sociologiquement, les « gardés-à-vue » étaient pour beaucoup des jeunes, étudiants, profs, chômeurs diplômés… finalement assez proches de ceux que l’on a appelé après les attentats du 13 novembre, « la génération Bataclan ».

317 personnes ont donc été mises en garde-à-vue place de la République, mobilisant plus d’un millier de policiers qui avaient « autre chose à faire que de s’occuper de ça » (selon les propos de plusieurs d’entre-eux) et une dizaine de commissariats, pour « attroupement public interdit sans arme ». 308 ont été libérées après 24 heures dans de leurs cellules souvent d’une saleté innommable et sans nourriture entre dimanche 15h45 et lundi matin.

Le Parti de Gauche – Yvelines, bien que n’ayant pas appelé à la manifestation, condamne avec fermeté l’état d’urgence qui permet au gouvernement, sous couvert de combattre le « terrorisme », de restreindre nos libertés, mais aussi de remettre en question les moyens d’action, d’expression et d’organisation sur le terrain social et politique, que ce soit des syndicats, des partis ou des associations.

Le Parti de Gauche – Yvelines demande l’annulation des gardes-à-vue de la place de la République qui, en plus d’être absurdes, ont fait preuve de nombreux vices judiciaires, l’effacement des fichages des personnes concernées, ainsi que la levée de l’état d’urgence qui fait peser un danger sérieux sur nos libertés démocratiques, individuelles, sociales et politiques. Par ailleurs, le Parti de Gauche – Yvelines appelle aussi à l’amélioration des conditions de rétention pour n’importe quel détenu.

 

(télécharger le communiqué)

Page 1 / 512345